Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

MONDESPARALLELES
mondesparalleles

Puzzle. Un roman d'aventures à construire ensemble.
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- XIII
- XII
- XI
- X
- IX
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- XIII
- XI
- XII
- X
- IX

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
<< Décembre >>

BLOGS FAVORIS
1.Fictionnary
Ajouter mondesparalleles à vos favoris
 IX Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Pièce n°IX

 

Autour de lui, tout était blanc. D'un blanc sale, tirant plus sur le jaune. Une télévision était suspendue au plafond. Et des images d'une de ces émissions où les jeunes doivent chanter pour gagner défilaient sans le son. La fenêtre était fermée. Le volet de plastique en était descendu complètement et il n'y avait plus aucun interstice par lequel la lumière aurait pu se glisser. Il avait une perfusion au bras droit et une poche de sang était suspendue à un crochet au-dessus de sa tête. Il était habitué aux hôpitaux. Dès son plus jeune âge, il avait eu le malheur de les fréquenter. Mais il n'avait pas l'habitude des hôpitaux français. C'était la première fois qu'il venait à Paris. Il était parti très tôt le matin de San Francisco pour arriver vers 23h à Roissy. Il était content parce qu'il avait vu la Tour Eiffel s'illuminait. Les rues de Paris lui avaient plu. Son chauffeur était trop bavard mais ses verbiages n'avaient pas réussi à lui gâcher le plaisir d'observer. Puis, comme on lui avait demandé, il l'avait participé à cette étrange cérémonie. Il avait d'ailleurs reçu la même récompense que les autres. Un morceau d'aiguille verte.

Après par contre ça c'était gâté. Les 6 autres partis, il était resté pour faire appliquer la sentence. Le type était censé être bourré, assez pour ne pas opposer de résistance. Mais dès qu'il avait vu arriver les deux dents aiguisées, il avait réussi à se remettre sur pied. Surpris par l'énergie du condamné, il n'avait même pas vu arriver le coup de pied dans le bas ventre qu'il lui avait décoché. D'ailleurs, il avait toujours un peu mal. De son bras d'une blancheur telle qu'on l'avait pris parfois pour un fantôme, il souleva sa chemise de nuit pour se tâter un peu. Ca allait passer. Remis du coup de pied, il s'était lancé après le condamné. Ce dernier avait déjà pris une bonne longueur d'avance. La poursuite aller durer plusieurs heures. Trois fois, ils en vinrent aux mains. Une fois, il croyait même être arrivé au but. Il allait réussir à lui cogner violemment la tête contre le parapet d'un pont. Mais l'autre avait à nouveau esquivé et pris la fuite. Il détestait perdre. Il détestait être mis en échec. Alors malgré les premières lueurs de l'aube, il avait continué à traquer l'autre. Etrangement, il ne l'avait jamais perdu de vue. L'autre n'avait pas sauté dans un taxi, pas pénétré dans un immeuble par une porte cochère entrouverte, pas même essayé de se mêler à la foule. Il avait accepté l'idée de la chasse à l'homme. Il avait accepté d'être le traqué. Il n'avait rien fait pour s'y soustraire. Et allongé sur le lit d'hôpital, il était certain qu'à la fin, il l'aurait eu. Mais avec le lever du démon solaire, il avait commencé à perdre des forces, pour finalement tomber évanoui. Après, il ne se rappelait plus rien, jusqu'à ce réveil hospitalier.

Deux coups. On frappait à sa porte. L'infirmière entra. Il la trouva tout de suite très jolie. Il faut dire qu'elle ne portait pas de blouse, mais juste une chemisette blanche à liseré bleu et quand elle se pencha sur lui pour vérifier sa perfusion, il pu entrapercevoir un soutien-gorge de dentelle bleu pâle. « Que m'est-il arrivé ? », lui demanda-t-il en essayant de masquer son accent. « On vous a trouvé sur un banc inanimé. Puis on vous a amené ici. Par chance, le médecin de garde a tout de suite reconnu vos symptômes. Mais ne vous inquiétez pas, vous pourrez sortir dans quelques heures. » « Quand il fera nuit ! ». « Oui bien entendu, mais aussi quand vous irez mieux. N'hésitez pas à sonner si vous avez besoin de quoi que ce soit. » « Ok ! » dit-il avec un accent plus marqué. Après un passage aux toilettes, il fouilla dans ses poches pour trouver son portable. Il vit qu'il était plus de midi. Il avait reçu six textos. Le premier avait été envoyé à 9h17 le dernier une vingtaine de minutes auparavant. Ils étaient tous du même expéditeur « Uncle SOM » et comportaient tous le même message laconique : « Où en est-on ? ». Il avait eu « Uncle SOM » deux fois directement en ligne pendant la chasse. Maintenant son patron lui demandait des comptes. Et il était bloqué sur son lit d'hôpital. Il hésita à l'appeler. En même temps, la cible étant perdue, plus il tardait, plus il risquait d'envenimer la situation. Et plus il prendrait pour son grade. Surtout qu'il avait un héritage à défendre. Et qu'il tenait beaucoup à le sauvegarder. Dans sa famille, on était tueur à gages de père en fils depuis au moins 150 ans. Un grand oncle avait travaillé pour Al Capone. Son arrière grand-père avait fini ses jours sur la chaise électrique. Et son père avait exécuté plusieurs contrats pour des agences gouvernementales dont la C.I.A.. De quoi être fier. Alors un échec à Paris pour son premier contrat, c'était hors de question. Il n'avait pas encore fait ses preuves. Il était là uniquement parce que faire appel à sa famille pour régler les soucis faisait partie de la tradition dans certains milieux. Certes, il s'y connaissait en arme. Il avait eu un revolver en main avant même de savoir parler. Il avait aussi pratiqué la chasse sur tous les gibiers de nuit possibles. Mais il n'avait jamais tué un être humain. Il redoutait autant qu'il rêvait de cette première fois. Passer ce test représentait beaucoup pour lui. Il faut dire aussi qu'il n'excellait pas dans beaucoup d'autres domaines. Il ne cuisinait pas, ne lisait jamais, ne pratiquait pas de sport, n'avait pas connu trop de femmes… Par contre, il adorait le cinéma. Au moins dans un cinéma, on est à l'intérieur isolé des lumières du monde. Alors, il les avait toujours beaucoup fréquenté. Il était 12h17, un nouveau texto arriva. Pas vraiment nouveau en fait. En lisant ce texte pour la septième fois, il se décida d'appeler. Il y eu à peine une demie sonnerie. « Où en est-on ? » fit immédiatement la voix. Pouvait-il dire la vérité ? Il ne pensait pas à la clémence, alors il mentit sans état d'âme. « Je suis toujours sur la piste ». « Je veux que tout soit fini avant 17h ! Sinon, ce n'est pas la peine de me rappeler. » Et l'appel fut terminé. Il était sous le choc. Il avait à peine cinq heures pour retrouver l'individu. Heureusement, il n'était pas sans indice. Dans une des bagarres, il avait arraché au condamné son portefeuille. Il n'avait plus qu'à se rendre à l'adresse indiquée, pour commencer. Mais il ne fallait pas traîner. Boosté par la peur de faillir, il se sentait de bien meilleure forme. Il arracha la perfusion et s'apprêtait à se rhabiller quand l'infirmière entra. « Qu'est ce que vous faîte ? » s'insurgea t'elle. Il se précipita sur elle. Lui mit la main sur la bouche pour l'empêcher de parler à nouveau. Et se trouva un peu bête. Il n'allait pas lui tordre le cou. Il aurait peut-être même besoin d'elle. Surtout que dehors, le soleil était haut dans le ciel. Il hésitait sur l'attitude à adopter.

A vous de décider :

1) Il retire son étreinte et lui demande de l'aide.

2) Il renforce son étreinte et lui ordonne de l'aider.

3) Il l'assomme pour pouvoir calmement l'emmener avec lui.

 

Et pour orienter un peu plus. Ce qui arrive après… :

a)    …se passe bien

b)    …se passe mal

 

Et sinon, vous lui voyer quelle tête, celle de :

1)    Herman

2)    Jibat

3)    Julien

4)    Sébastien

5)    Steva

6)    Une autre personne…

  Lire les 6 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 19-01-2008 à 13h46

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- XIII

- XII

- XI

- X

- VIII

- VII

- VI

- V




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 15-11-2006 à 23h05 | Mis à jour le 17-02-2008 à 21h10 | Note : 8.04/10