Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

MONDESPARALLELES
mondesparalleles

Puzzle. Un roman d'aventures à construire ensemble.
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- XIII
- XII
- XI
- X
- IX
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- XIII
- XI
- XII
- X
- IX

CALENDRIER
LunMarMerJeuVenSamDim
0102
03040506070809
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
<< Décembre >>

BLOGS FAVORIS
1.Fictionnary
Ajouter mondesparalleles à vos favoris
 XI Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Pièce n° XI

  

Aller où tout a commencé. Elle n'était pas certaine d'avoir la force de le faire. Et puis est-ce que cela voulez vraiment dire quelque chose. Derrière la formule de mauvais polar, cela recoupait-il une vraie réalité ? Elle connaissait ses amis depuis longtemps, ils avaient l'habitude de fréquenter l'endroit depuis la première fois, puisque c'était là-bas qu'ils s'étaient rencontrés.

C'était un lundi de novembre. Il avait plu toute la matinée. Mais vers midi, le soleil était apparu, réchauffant immédiatement l'atmosphère. Elle était debout depuis 6h ! Elle avait réussi à dégoter une vacation de maquillage pour le défilé Channel au Carrousel du Louvre. Alors, pendant 5h, elle avait maquillé des mannequins longilignes portes manteaux filiformes de vêtements hors de prix. Il était 13h, quand elle sortait enfin fumait une cigarette bien méritée. Alors, qu'après avoir un peu marché, elle s'était assise sur un banc, une femme brune aux longs cheveux bouclés était venue s'asseoir à côté d'elle. Elle avait l'air contrariée, mais la première chose qu'elle lui dit, ressemblait à « C'est pas bien de fumer ! Moi quand je suis à cran, j'injurie tout le monde, je pleure un bon coup et je repars ! ». « Et ça marche ? », lui avait-elle demandée. « Oui, enfin je crois, en même temps, je suis souvent à cran ! ». Et elles avaient rigolé ensemble. Le premier rire qu'elles avaient partagé. Elle était spécialiste de mangas, ces bandes dessinées japonaises, et venait d'envoyer balader un éditeur qui tentait de l'arnaquer. Elles avaient immédiatement sympathisées. Depuis, alors qu'elle était une maquilleuse recherchée pour ses talents à changer les visages, elle était rentrée dans une maison d'édition et était responsable de collections.

Lui, était arrivé peu après, le même jour. Il était mannequin occasionnel et venait de se faire virer par le couturier parce qu'il draguait l'assistante. Il voyait que l'homme aux doigts d'or était proche de la jeune fille, mais comme il le pensait homo, il ne s'était pas posé de question. Sauf que si le tailleur pour homme était bien de la jaquette, l'assistante en question était sa sœur… Et qu'il en pinçait pour lui… Par dépit amoureux, son protégé ayant jeté son dévolu sur sa sœur, il l'avait flanqué à la porte. Ce que l'histoire ne dit pas, c'est que dès qu'il fut parti penaud, elle se jeta sur un suédois nommé Angtar, qui l'a mis enceinte dans les 15 jours, avant de se rendre compte qu'il préférait les hommes et de partir avec un routier sur les routes de la Cordillère des Andes… Bref, lui aussi atterrit sur le banc, lui aussi sorti une cigarette et alors qu'il en aspirait les premières bouffées, les deux filles lui firent la leçon… et leur trio pris naissance ce jour-là. Depuis, on l'avait vu dans une comédie musicale et psychanalytique, dans le rôle d'un extra-terrestre pour une reprise délirante d'une pièce de Broadway et il avait tenu un rôle de médecin beau gosse dans une adaptation ratée d'Urgences.

C'est en pensant à eux et à tout cela qu'elle se promena, descendant aux Halles, marchant jusqu'à la rue de Rivoli, passant pour le plaisir sur le pont des Arts, revenant vers la Cour Carrée du Louvre, traversant les porches, admirant le soleil d'été se reflétait sur la pyramide de verre, passant l'arc, s'allongeant dans l'herbe coupée ras, se posant près d'un bassin où les enfants joue avec des voiliers.

La suite était plus confuse. Quelques mois auparavant, soit plusieurs années après cette première fois, alors qu'ils fréquentaient encore beaucoup l'endroit, ils avaient fait, un après-midi, une étrange rencontre. Ils avaient pris l'habitude de se retrouver là pour déjeuner tous les mercredi. Parfois, ils s'achetaient un sandwich, mais la plupart du temps, ils apportaient une salade préparée la veille, une quiche faîte maison, un tiramisu de grand-mère, etc… Ce jour-là, Mozart's, comme on avait pris l'habitude de le surnommer au lycée par une sorte de diminution de son nom de famille, Mozarticelli, avait ramené une salade de tomate et de mozzarella avec un filet d'huile d'olives ramené d'Italie. Snowie, elle, avait fait spécialement une tarte à l'oignon, l'une de ses spécialités. Et Firenssey avait ramené quelques fruits de saison et des sodas. Ils étaient en train de pique-niquer sur l'herbe, quand un jeune homme, plutôt costaud, s'était approché d'eux. Il disait être poursuivi par un type et avoir besoin d'aide. Il pensait que si le gars en question le voyait en grande conversation avec d'autres personnes, il n'oserait pas l'importuner. Quelques secondes après, ils virent effectivement un homme rôder autour d'eux. De belle allure mais qui ne semblait pas vraiment menaçant. En fait comme l'expliqua le nouvel arrivant, ce type essayait depuis des mois de lui achetait un objet qu'il avait en sa possession. L'objet étant exceptionnel et dans sa famille depuis des lustres, il n'avaient aucunement l'intention de s'en séparer. Mais l'autre insistait, revenant sans cesse à la charge, le harcelait de coups de téléphone, et depuis le matin le suivait dans la rue. Les trois amis, se prirent immédiatement de sympathie pour ce nouvel arrivant qui par ses airs bonhomme inspirait immédiatement la confiance. Il travaillait dans le social. Il était fiancé. Il s'appelait Benedict, mais personne ne l'appelait comme ça. La discussion dura deux bonnes heures, chacun apprit à se connaître et pendant tout le temps qu'elle dura, l'autre gars ne les avait pas quitté des yeux. Alors qu'ils se levaient pour aller prendre un café sur la terrasse en face de la pyramide, l'homme semblait toujours vouloir coller à leur pas. Mozart's, qui était un sanguin, n'y tenant plus, se retourna précipitamment et couru vers le type. Il le pris par le col de sa veste, une noire à col Mao, le leva de quelques centimètres au-dessus du sol et le plaqua contre un arbre. « Maintenant, ça suffit ! Tu lâches les baskets de mon pote, où je te défonce ! C'est clair ? ».  L'autre ne répondait pas. « C'est clair ? », répéta Mozart's. L'autre était tétanisé. Alors Mozart's le repris par le col et le jeta à terre. Le type se releva, épousseta la poussière de ses vêtements, lança un regard noir à Mozart's puis à Benedict, et finalement se retourna et après quelques pas, disparu derrière un arbre. « Pauv' naze ! », tança finalement Mozart's. S'ils avaient bien ri sur le moment en dégustant un capuccino, maintenant, seule au même endroit, Snowie pris peur en se remémorant l'aventure. Il ne fallait pas remuer les mauvaises histoires, se dit-elle. Surtout qu'avec la cérémonie de la veille, les mauvaises histoires avaient une sacrée tendance à s'accumuler ces derniers tems. Elle était perdue dans ses profondes pensées, quand elle reçut le choc de sa vie ! Alors qu'elle s'était assise sur un banc pour reprendre son souffle, elle vit apparaître devant elle, le type en question.

Il portait un costume gris clair, ce qui faisait ressortir ses yeux bleus, et était au bras d'une jolie blonde. Elle espéra un instant qu'il ne la remarque pas. Peine perdue. Il franchit rapidement les 10 mètres qui les séparait pour venir à sa rencontre. « Comme on se retrouve, sweetie ! ». « Moi, c'est Snowie ! » dit-elle, sans se démonter. « Snowie… C'est naze comme blaze ! » lança la blonde. « Ah ouais, parce que la pétasse, elle s'appelle comment déjà ? ». « Du calme, sweetie ! On n'est pas là pour se bagarrer », repris le type. « Oui, ben, jette toi en l'air et laisse moi tranquille ! » répliqua Snowie en accompagnant la sentence d'un regard de défi. « Désolé, sweetie, il va falloir que tu revois ton planning, j'ai d'autres idées pour toi ce matin ! » et ce faisant, il lui pris le bras sans trop de ménagement. « Oui, et puis je trouve que tu es bien rouge, pour une fille avec un nom neigeux comme le tien ! ». Snowie lança un regard vers la blonde à lui glacer le sang, elle fut même à deux doigts de se jeter sur elle mais se reprit ! « Toi ta gueule et toi tu me lâches ! ». « Non ! Et tiens toi un peu tranquille... ! » repris le type. « Tu me lâches, je te dis ! ». « Ecoute sweetie, plus vite tu comprendras qu'aujourd'hui, c'est moi qui mène la danse, plus vite tu éviteras qu'on fasse du mal à tes amis ! ». Elle eu du mal à encaisser le choc ! « Quoi…

 

A vous de décider la suite de sa réplique:

1) arrêtes de mytho c'est du bluff ! »

2) touches pas à un seul de leur cheveux, ou tu vas voir ! »

3) je sais même pas qui tu es, tu me fais trop pitié, vas y tu me saoules, parles à ma main ! »

sur cette question, un nouveau votant peut encore faire la différence...

 

Et pour orienter un peu plus. Ce qui arrive après… :

a)    …se passe bien

b)    …se passe mal

 

Ce chapitre et la suite directe du chapitre II (entre autres...).

 

  Lire les 9 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-01-2008 à 11h50

 « Article précédant Retour à l'accueil du blog Article suivant »

 Articles dans la même catégorie
- XIII

- XII

- X

- IX

- VIII

- VII

- VI

- V




SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.


Diffuseur
Acheter un diffuseur d'huiles essentielles

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 15-11-2006 à 23h05 | Mis à jour le 17-02-2008 à 21h10 | Note : 8.04/10